e-commerce au Sénégal

Ce guide complet vous dit tout pour réussir dans l’e-commerce au Sénégal

Vous souhaitez vous lancer ou améliorer vos résultats dans l’e-commerce au Sénégal ? Ce guide en 5 points vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir pour orienter votre stratégie dans la bonne direction. Au pays de la Téranga où Internet gagne de plus en plus de portée, se tourner vers le web présente de nombreux avantages. Mais pour réussir à y vendre, il faut avoir les bonnes réponses aux bonnes questions.

Qu’est-ce que l’e-commerce, surtout au Sénégal ?

commerce électronique au Sénégal

La plupart du temps, quand les gens parlent d’e-commerce, ils font référence au fait de créer un site web dont les fonctionnalités permettent d’y trouver et acheter des produits. Dans son acception la plus large, le commerce électronique, c’est l’échange de biens et services impliquant des canaux électroniques. Cette définition plus général est la plus adaptée pour apprécier ce domaine au Sénégal où la concurrence ne concerne pas que des acteurs comme Jumia ou Afrimalin. En effet, sur Internet, ont trouve un nombre important d’acteurs hybrides pour qui le web sert de boutique, stand ou étal virtuel aux côtés d’autres point de vente physiques. Et même les bien-nommés pure players offrent une partie de leurs prestations IRL (in real life ou dans la vie réel), notamment la livraison et le paiement main à main.

Quels sont les acteurs de l’e-commerce au Sénégal et les chiffres clés du secteur ?

jumia e-commerce sénégal

L’état de l’e-commerce dans un pays s’évalue sur la base de nombreuses métriques :

  • L’effectif de la population permet de déterminer la taille du marché. Le pays de la Téranga a une population de 16,7 millions d’habitants qui constituent autant de consommateurs que peut servir l’e-commerce ;
  • Le nombre de connexions mobiles est de 17,45 millions ;
  • 7,81 millions de personnes résidant au Sénégal sont des utilisateurs d’Internet. Ce sont elles qui peuvent potentiellement vivre des expériences e-commerce ;
  • 3,9 millions d’utilisateurs d’Internet sont aussi des utilisateurs actifs de réseaux sociaux ;
  • 48,4 % de la population vit en zone urbaine, où l’essentiel de l’activité e-commerce se déroule ;
  • L’âge médian est de 18 ans ce qui signifie que la moitié de la population est majeure et donc responsable de ses actes d’achat ;
  • La vitesse de l’Internet mobile est de 21,33 mbps et celle du fixe de 28,34 mbps ;
  • 76 % des connexions Internet se font via téléphone contre 23 % par ordinateur et 1 % par tablette ;
  • 77,7 % du trafic sur le web se fait sur Google Chrome contre 10,7 % sur Safari ;
  • 85,6 % du trafic web mobile transite par Android contre 14,1 % pour iOS ;

Concernant l’inclusion financière, les données pertinentes sont le pourcentage de la population âgée de plus de 16 ans ayant un compte au sein d’une institution financière (42,3 %), celui de celle qui ont une carte de crédit (2,8 %), la part de Sénégalais de plus de 16 ans disposant d’un compte mobile money (31,8 %), celle de ceux qui font des achats ou règlent des factures en ligne (10,4 %).

Ces données sont importantes pour bien comprendre le marché, les opportunités qu’il offre et les risques possibles. C’est le cas aussi pour les informations sur la concurrence.

Au Sénégal, e-commerce rime souvent avec Jumia. D’après l’outil de planification de Google Ads, 60500 requêtes de navigation portent simplement sur son nom chaque mois. C’est largement au dessus des 30 qu’enregistre Afrimalin. Ces deux pure players représentent deux des trois catégories d’acteurs qui composent l’industrie :

Les marketplaces : groupe où l’on retrouve Jumia.sn ;

Les sites d’annonces : dont le principal représentant est Expat Dakar. Son nom compte 135 000 recherches moyennes par mois. On y retrouve aussi Afrimalin, Jumia Deals, CoinAfrique (4 400 recherches), Senemarket, Tewmoutew (260), Dakarvente (390), Sene-annonces (90), 1000 annonces (50), Dakar annonces (90), Afrivente, Bambaad, et de nombreux autres ;

Les vendeurs individuels : comparer cette catégorie aux autres, c’est un peu comme comparer Auchan et Casino au marché de Tilène ou a celui de Sandaga. Les vendeurs individuels sont des particuliers, consommateurs désireux de vendre un vieil appareil ou vendeur professionnels qui ne disposent pas encore de boutiques. Ces individus investissent les sites d’annonces et les réseaux sociaux pour trouver des clients et réaliser des ventes.

Les marchands phygital : ce sont des entreprises ou des commerçants disposant de points de vente physiques qui réalisent des affaires via un site web, des marketplaces, sites d’annonces, réseaux sociaux, applications…

Quand on se lance dans l’e-commerce au Sénégal, c’est à tous ceux-là qu’on a affaire. La concurrence est forte et la meilleure façon de se faire une place solide, c’est d’adopter une stratégie omnicanal, centrée autour d’un site e-commerce.

Comment fonctionne un site e-commerce ?

site e-commerce

L’objectif d’un site de commerce électronique est de fournir aux clients un moyen simple et pratique de trouver et d’acheter des articles. Le détaillant en ligne fournit un catalogue de produits, propose un panier et accepte les paiements. Le processus de commande d’un produit sur un site e-commerce doit être simple. Le client doit pouvoir aller sur le site Web, rechercher le produit qu’il souhaite, l’ajouter-le à son panier, puis passez à la caisse.

Quelle que soit sa beauté ou sa qualité technique, la plateforme ne pourra pas fonctionner si elle n’a aucun trafic. Les visites de clients potentiels sont essentiels afin de réaliser des ventes. Elles peuvent être générées à partir de diverses sources telles que des campagnes par e-mail, des publications sur les réseaux sociaux, l’optimisation des moteurs de recherche (SEO), des publicités payantes ou des références de bouche à oreille. Elles seront abordées plus en détail dans la section sur la promotion.

Comment créer un site e-commerce ?

créer un site e-commerce

Pour créer un site Internet en général et un site e-commerce en particulier, deux possibilités s’offrent à vous. Faire appel à un prestataire ou le faire vous-même. La première option peut s’avérer excessivement cher, surtout si l’on s’adresse à un développeur. La seconde nécessite que l’on dispose des bonnes compétences. Dans les deux cas, le budget sera employé au mieux si le site est propulsé par un CMS (Content management system). Votre prestataire ou vous-même avez le choix entre WordPress avec l’extension populaire qui lui est dédiée appelée WooCommerce et d’autres plateformes comme Shopify et Wix.

Shopify est une puissante solution de vente au détail en ligne qui offre tout le nécessaire pour une boutique en ligne. Il possède des fonctionnalités telles que des thèmes optimisés pour le référencement, l’intégration des médias sociaux, un système de traitement des paiements intégré avec des centaines de passerelles disponibles, un service d’installation de certificat SSL gratuit et plus encore.

WooCommerce est un plugin WordPress qui peut vous aider à créer rapidement une boutique en ligne avec un minimum de connaissances techniques requises. Il offre des fonctionnalités front-office (produits, promotion et marketing, frais de port, compte clients, contacts, paiements) et back-office (référencement naturel, création, paiements, personnalisation). WooCommerce déploie tout son potentiel grâce à une multitude de modules complémentaires pour répondre au maximum des besoins du créateur de site.

La conception du site doit également tenir compte des principes du référencement naturel pour assurer la visibilité du site sur les moteurs de recherche. C’est un des éléments essentiels de la promotion. Cet article en présente les piliers.

Comment promouvoir son site e-commerce ?

marketing digital pour e-commerce

Quand il s’agit de promouvoir un site e-commerce au Sénégal, il convient de penser omnicanal. En d’autres termes, il faut utiliser tous les moyens à disposition : « référencement naturel, référencement payant, community management, e-mailing, campagnes display, publicité sur les réseaux sociaux, marketing d’influence, partenariats de marque, évènementiel numérique, etc.

Créer un contenu de qualité pour les personnes qui cherchent à acheter votre produit est un excellent moyen d’amener du trafic sur votre site et de fournir des informations utiles qui positionnent votre marque comme une voix faisant autorité dans votre secteur.

Bien évidemment, les choix à faire vont dépendre du budget de la marque. Par ailleurs, il est aussi judicieux d’utiliser des tactiques hors digital. Par exemple, si l’on dispose d’un magasin physique il ne faut pas hésiter à inviter les clients à donner leur adresse e-mail, à leur faire connaître un programme en ligne de fidélisation de la clientèle ou à attirer l’attention sur les promotions diffusées sur les réseaux sociaux et qu’ils pourraient vouloir suivre. Commerce physique et électronique peuvent très bien être complémentaires.

Articles similaires